• John
  • Felde
  • University of Maryland
  • USA

Latest Posts

  • James
  • Doherty
  • Open University
  • United Kingdom

Latest Posts

  • Andrea
  • Signori
  • Nikhef
  • Netherlands

Latest Posts

  • CERN
  • Geneva
  • Switzerland

Latest Posts

  • Aidan
  • Randle-Conde
  • Université Libre de Bruxelles
  • Belgium

Latest Posts

  • TRIUMF
  • Vancouver, BC
  • Canada

Latest Posts

  • Laura
  • Gladstone
  • MIT
  • USA

Latest Posts

  • Steven
  • Goldfarb
  • University of Michigan

Latest Posts

  • Fermilab
  • Batavia, IL
  • USA

Latest Posts

  • Seth
  • Zenz
  • Imperial College London
  • UK

Latest Posts

  • Nhan
  • Tran
  • Fermilab
  • USA

Latest Posts

  • Alex
  • Millar
  • University of Melbourne
  • Australia

Latest Posts

  • Ken
  • Bloom
  • USLHC
  • USA

Latest Posts

CNRS-IN2P3 | Paris | France

View Blog | Read Bio

HCP2011 ou des plaisirs d’organiser une conférence en physique des particules

Notre-Dame de Paris veillera-t-elle sur les conférenciers ? Poster : Bruno Mazoyer, LAL.


La vie des physiciens est ponctuée tout au long de l’année de rencontres au cours desquelles ils montrent, partagent et discutent leurs derniers résultats : les conférences. Quelques fois même, ils s’y chamaillent un peu. La semaine prochaine, la conférence internationale HCP2011 (pour Hadron Collider Physics) réunira la fine fleur de la physique des particules, où les tout derniers résultats du LHC et du Tevatron seront mis sur la table. Y aura-t-il des annonces très importantes ? Les rumeurs disent que non, mais sait-on jamais?

Pour l’organisateur d’une conférence, c’est précisément un casse-tête. En effet, l’importance des résultats présentés peut sans doute se mesurer au nombre des participants. Évidemment. Plus les résultats attendus sont marquants, et plus tout le monde « veut en être ». Seulement, lorsqu’on démarre l’organisation d’un tel événement, on n’en sait encore rien. Si donc assister à une conférence peut provoquer bien des plaisirs intellectuels, permettre de découvrir de nouveaux lieux et de nouvelles personnes, en organiser une, aussi… mais bien différemment !

De la feuille blanche, à l’accueil des participants avec l’espoir qu’ils repartiront satisfaits, la progression se fait naturellement avec son lot de surprises. Certaines sont cocasses, quand elles ne dissimulent pas des situations difficiles : “étudiants” africains demandant des visas pour échapper à leurs conditions, ou sud-américains demandant le remboursement intégral de leurs frais de déplacement, nombreuses sont donc les demandes étonnantes. Mais quand une se concrétise, comme celle de ce théoricien iranien de Meshed, qui souhaite réellement présenter ses résultats, et avec qui nous avons travaillé pour qu’il obtienne son visa et ses subventions locales, on réalise à quel point ces conférences conservent encore au moins partiellement leur rôle original. Saviez-vous que les physiciens des deux blocs ont poursuivis leur collaboration en physique des particules durant toute la durée de la guerre froide ?

Et puis passées ces surprises, il y a le creux. On a 50 inscrits, on en attendait entre 150 et 200, et plus personne ne frappe à la porte. Il va falloir faire des économies. On annule l’achat des stylos laser gravés au nom du laboratoire invitant, on réduit le nombre de petits fours en se disant qu’il y en a toujours trop. On se creuse la tête pour faire venir les collègues en conférence à une période généralement dédiée au travail de fond. Peu importe que trois mois plus tôt, lors d’une autre conférence, ils assuraient qu’ils viendraient à “notre” conférence pour assister en direct à la découverte de notre très chère particule (le boson de Higgs bien-sûr), car les données supplémentaires allaient confirmer dans doute aucun la puissance de Goliath. Mais depuis, plus de données ont coulé sous les ponts, et les premiers indices ont disparu comme par enchantement. Alors tout le monde trouve inutile cette conférence, et d’ailleurs ne faudrait-t-il pas tout simplement la supprimer ? Qu’on en discute, et qu’on en décide que diantre!

Entre-temps, on a proposé des posters, de nombreuses présentations pour chaque expérience alors peu à peu ça repart, le programme se met en place, et s’étoffe. Ça devrait aller, et on se demande quel sera le clou de la conférence. On espère que de nouveaux résultats soient présentés, mais on ne maîtrise pas la situation. On voudrait quand même mettre en place une conférence de presse – si par hasard une bonne surprise arrivait ? Mais non, il faudrait mieux trouver un compromis, va pour un compromis !

Ça avance cahin-caha, quelques personnes respectables acceptent l’invitation car elles savent que la science même quand elle est big ne se maîtrise pas entièrement, que les grandes découvertes se construisent par petits pas et que donc de tels rendez-vous sont tout à fait essentiels pour notre communauté.

Les choses s’enclenchent naturellement. Dans notre petit comité d’organisation, on continue à cogiter, et on se jure de comprendre les décisions politiques des grandes expériences, même si au fond 1) on ne les accepte pas et 2) on ferait la même chose si l’on était à leur place…

Et puis tout à coup on est 200 (enfin sur le papier car le “vrai” physicien ne s’inscrit pas avant que les délais ne soient dépassés). Alors on peut ouvrir les tarifs préférentiels pour les voisins qui préfèrent naturellement aller en conférence à l’étranger, et nous voilà 250. Il va falloir assurer. On rappelle les fournisseurs, les choses s’arrangent.

Tout semble en place, mais peut-être les résultats ne seront-ils pas assez neufs ? Et alors qu’on finalise les badges et les pochettes, un e-mail arrive. C’est une demande de “talk” supplémentaire, pour un nouveau résultat « surprenant ». Le correspondant est sérieux, c’est une grande collaboration, il ne ferait pas cette démarche si ce n’était pas « du solide », pas si tard (du moins c’est ce que l’on espère !). Il reste 15 minutes dans l’agenda. Banco, le ”talk” est à vous, envoyez nous le speaker (conférencier) avant que la conférence ne commence car on vous placera le premier jour !

On verra bien. Toujours est-il que lors de l’introduction nous n’annoncerons pas que l’heure du banquet et autres détails logistiques, mais aussi une présentation qui n’est pas sur le programme imprimé et placé dans les sacs confectionnés deux jours plus tôt. Car le résultat vient de sortir, et ce sera peut-être le highlight (temps fort) de la conférence.

À lundi !

– Gregorio Bernardi, organisateur de la conférence Hadron Collider Physics 2011 et chercheur au CNRS au Laboratoire de physique nucléaire et des hautes énergies (LPNHE, CNRS/IN2P3/Université Pierre et Marie Curie/ Université Paris Diderot)

Share

Tags: , ,