• John
  • Felde
  • University of Maryland
  • USA

Latest Posts

  • USLHC
  • USLHC
  • USA

Latest Posts

  • Flip
  • Tanedo
  • USLHC
  • USA

Latest Posts

  • CERN
  • Geneva
  • Switzerland

Latest Posts

  • Aidan
  • Randle-Conde
  • Université Libre de Bruxelles
  • Belgium

Latest Posts

  • Laura
  • Gladstone
  • University of Wisconsin, Madison
  • USA

Latest Posts

  • Richard
  • Ruiz
  • Univ. of Pittsburgh
  • U.S.A.

Latest Posts

  • Seth
  • Zenz
  • Imperial College London
  • UK

Latest Posts

  • Michael
  • DuVernois
  • Wisconsin IceCube Particle Astrophysics Center
  • USA

Latest Posts

  • Jim
  • Rohlf
  • USLHC
  • USA

Latest Posts

  • Emily
  • Thompson
  • USLHC
  • Switzerland

Latest Posts

  • Ken
  • Bloom
  • USLHC
  • USA

Latest Posts

CERN (Francais) | Geneva | Switzerland

View Blog | Read Bio

Stage au CERN vu des deux côtés

Gautier Crépin-Leblond, 13 ans et demi, est un collégien qui a pu venir au CERN dans le cadre des stages d’observation de son établissement scolaire. Il est en troisième au collège Sainte-Ursule de Riedisheim. Il a trois jours pour découvrir ce qui se passe au CERN. Comme j’ai eu la chance de le superviser pour une partie de l’après-midi, on a pensé écrire un blog ensemble. Son intérêt et sa détermination étaient frappant, alors on l’a pris, même si le CERN ne peut malheureusement pas répondre positivement à toutes les demandes de stages tant elles sont nombreuses.

Qu’est-ce que ces stages nous apportent réciproquement ? Gautier : « Beaucoup de connaissances au niveau orientation et scientifique. » Et moi ? La chance de redécouvrir le CERN à travers un regard nouveau et rencontrer un jeune super motivé et intéressé par les questions scientifiques.

Gautier veut devenir astrophysicien et travailler au CERN comme théoricien. Hier, il s’est joint à une visite organisée pour un écrivain suisse en quête d’inspiration. Il s’est donc promené un peu partout, d’abord à la salle de contrôle d’ATLAS (pas de problèmes avec une visite faite en allemand puisqu’il est Alsacien), puis il a visité celle du Grand Collisionneur de Hadrons (LHC). « J’ai été surpris qu’il y ait si peu de femmes, que deux pour une quinzaine d’hommes alors qu’à l’école on m’avait dit que les femmes étaient plus qualifiées que les hommes ». C’est rassurant de voir que cela dérange même les jeunes garçons mais il faut dire que Gautier est tombé sur une mauvaise journée car on trouve en général bien plus de femmes dans cette salle de contrôle.

Prochaine étape : le hall AD (le décélérateur d’antiprotons), là où plusieurs groupes expérimentaux essaient de créer de l’antimatière. « Plutôt rustique, genre bricolage, avec du papier d’aluminium partout et des kilomètres de fils.

Bien différent des autres endroits que j’ai visités. » Puis, le grand hall où l’on teste les aimants. « Impressionnant comme installations mais bruyant. »

Ce matin, visite du Globe de la Science et de l’Innovation, là où se tient une exposition sur le monde des particules. «  Bien sympa, pas de grands panneaux à lire mais plutôt des bornes interactives. »

Dans l’après-midi, on a discuté de matière noire et comment détecter des bosons de Higgs si ceux-ci se désintégraient en matière noire ou tout autre particule invisible dans nos détecteurs.

Gautier rêve d’astrophysique depuis qu’il a reçu un livre sur l’astronomie en maternelle. De fil en aiguille, on a parlé de la lune qui recèle des quantités énormes d’hélium 3 qui pourraient servir à la fusion nucléaire selon Wikipédia, une formidable source d’énergie propre, sans déchets radioactifs. Il fut estomaqué d’apprendre que ma collègue, Marcelle Rey-Campagnolle, avait manipulé quelques grammes de pierre lunaire à Orsay ramenée par la mission Apollo (moi aussi, je l’avoue !)

Bref, nous avons tous les deux appris pleins de nouvelles choses l’un sur l’autre et sur la lune, tout en restant sur terre, quoique Gautier planait un peu, les yeux et la tête pleins de tout ce qu’il avait vu au CERN.

L’éducation est l’une des grandes missions du CERN, c’est pourquoi des jeunes de tous âges viennent s’initier aux recherches menées dans le Laboratoire et aux techniques utilisées. Le CERN accueille ainsi environ 300 jeunes comme Gautier chaque année, issus de l’enseignement secondaire, pour des stages de découverte. L’été, ce sont plus de 250 étudiant-e-s de niveau universitaire qui participent au programme des étudiants d’été de deux à trois mois au cours duquel ils suivent des cours et participent aux programmes scientifiques. Tout au long de l’année, le CERN accueille encore quelque 170 étudiant-e-s techniques et 160 doctorant-e-s. C’est sans mentionner les quelques 3000 étudiant-e-s au doctorat travaillant sur les expériences du LHC et rattachés à des centaines d’universités de 69 pays différents. Les professeurs de physique de l’enseignement secondaire peuvent aussi bénéficier d’un programme de formation. Et bien sûr, pourquoi ne pas venir travailler au CERN ?

Et pour ceux et celles qui veulent juste venir voir le CERN, des visites guidées sont organisées. En 2013, il y aura même des Journées Portes Ouvertes qui se dérouleront le weekend du 28-29 septembre 2013. Alors pensez à réserver cette date.

Gautier Crépin-Leblond et Pauline Gagnon.

Pour être averti-e lors de la parution de nouveaux blogs, suivez-moi sur Twitter: @GagnonPauline ou par e-mail en ajoutant votre nom à cette liste de distribution

 

Share

2 Responses to “Stage au CERN vu des deux côtés”

  1. echelle says:

    Bonjour, merci pour cette article. Il y a t’il des visites guidés qui seront organisé avant le 28 septembre ? Car de visite en Suisse cette été, j’aurai aimé vous rendre visite. Merci

Leave a Reply

Commenting Policy