• John
  • Felde
  • University of Maryland
  • USA

Latest Posts

  • James
  • Doherty
  • Open University
  • United Kingdom

Latest Posts

  • Andrea
  • Signori
  • Nikhef
  • Netherlands

Latest Posts

  • CERN
  • Geneva
  • Switzerland

Latest Posts

  • Aidan
  • Randle-Conde
  • Université Libre de Bruxelles
  • Belgium

Latest Posts

  • TRIUMF
  • Vancouver, BC
  • Canada

Latest Posts

  • Laura
  • Gladstone
  • MIT
  • USA

Latest Posts

  • Steven
  • Goldfarb
  • University of Michigan

Latest Posts

  • Fermilab
  • Batavia, IL
  • USA

Latest Posts

  • Seth
  • Zenz
  • Imperial College London
  • UK

Latest Posts

  • Nhan
  • Tran
  • Fermilab
  • USA

Latest Posts

  • Alex
  • Millar
  • University of Melbourne
  • Australia

Latest Posts

  • Ken
  • Bloom
  • USLHC
  • USA

Latest Posts

Posts Tagged ‘Grid’


À l’occasion de l’ouverture de l’appel à candidature 2013 de “Sciences à l’Ecole” pour l’accueil d’enseignants français au CERN durant une semaine, nous publions ces jours-ci le journal quotidien plein d’humour de Jocelyn Etienne qui a suivi ce programme l’année dernière, au mois de novembre dernier.

 

La visite s’accélère !
Jeudi 08 novembre 2012

Un élément d’un accélérateur (je ne sais plus lequel).

Un élément d’un accélérateur (je ne sais plus lequel).

La journée commence par une citation de notre collègue Joseph : « si tu veux pas entendre parler de protons, va à Conforama ! » Notre guide ce matin s’appelle François. Il est belge et ingénieur en informatique. Il nous présente le site LINAC-LEIR où l’on trouve tous ce qu’il faut pour préparer les noyaux que l’on va injecter ensuite dans les différents accélérateurs. Il porte un détecteur de radioactivité pour mesurer les doses qu’il reçoit dans une journée. D’ailleurs, il y a des détecteurs de radioactivité à l’entrée et à la sortie du CERN, et gare à celui qui a subi une injection de radio-isotopes pour une analyse médicale, il va sonner aux portiques pendant une semaine (c’est déjà arrivé). Sinon, en cas de problème, faire le 74444 (les pompiers).

Mario Campanelli est un physicien italien qui travaille sur le projet ATLAS (après le Tevatron aux USA, Gran Sasso en Italie…), ce n’est pas une tablette tactile même géante qui va lui faire peur !

Mario Campanelli et sa  tablette tactile géante.

Mario Campanelli est un physicien italien qui travaille sur le projet ATLAS (après le Tevatron aux USA, Gran Sasso en Italie…), ce n’est pas une tablette tactile même géante qui va lui faire peur.

DSC04253Il nous montre une représentation quasiment en temps réel des informations qui circulent  sur le réseau de calcul du CERN à travers le monde. Il s’agit du GRID, sorte de WEB des logiciels, un partage réseau mondial dont on voit un bout à droite, nécessaire pour traiter les milliards de données qu’engendrent les collisions de particules dans le LHC (sous linux toujours).

On appelle ce lieu le CCC : le Centre de Contrôle du CERN. On voit les personnels à travers une vitre mais la plupart ne contrôle rien à l’instant car un apéro est organisé pour fêter les objectifs de puissance atteints. Tout est prétexte pour ne plus mettre un coup de rame hein ?!

On appelle ce lieu le CCC : le Centre de Contrôle du CERN. On voit les personnels à travers une vitre mais la plupart ne contrôle rien à l’instant car un apéro est organisé pour fêter les objectifs de puissance atteints. Tout est prétexte pour faire la fête hein ?!

A 11h, petite pause conférence (Solène Chevalier-Théry de Sciences à l’école puis Morgan Piezel professeur, pour l’exploitation de ce stage dans nos lycées) dans la salle où a été annoncée la découverte du Higgs, ou en tout cas, quelque chose qui s’en rapproche. Les physiciens que nous rencontrons espèrent d’ailleurs que ce n’est pas exactement le boson prévu par le Modèle Standard, car alors… ça serait trop simple.

DSC04278
La soirée se termine avec une partie de quarks poker, un jeu inventé par le physicien retraité Patrick Roudeau. En comprendre les règles fut un des exercices les plus difficiles de la semaine.

À suivre…

Jocelyn Etienne est enseignant au lycée Feuillade de la ville de Lunel.

Pour soumettre sa candidature pour la prochaine session du stage au CERN, c’est par ici.


Share

What is a Grid?

Wednesday, October 28th, 2009

In a previous post, I mentioned that ATLAS will be collecting enormous amounts of data, approximately 6 Petabytes/year (i.e., 6,000,000 Gigabytes). How in the world are we going to handle it, and how do we make it available to all physicists on ATLAS? I spoke to one of my colleagues at Indiana University, Fred Luehring, who has major responsibilities for the US part of the Grid, to get some details.

First, let me mention some ATLAS jargon; if you wish, you can skip this paragraph for now, and come back to it when you run into strange acronyms.

The raw data that we collect is called ByteStream, basically, it is a stream of 1’s and 0’s, and is approximately 3-6 Megabytes/event. This gets “massaged” into Raw Data Objects (RDO); the only difference is that the data now has a “structure” that can be analyzed with software written in C++; it is now about 1 Megabyte/event. At this point, the ATLAS reconstruction software (written in C++) runs over these RDOs and produces tracks in the inner detector, electron and muon candidates, jets, etc., and outputs two other structured formats, ESD (Event Summary Data), AOD (Analysis Object Data), which contain different levels of detail; they are approximately 500 Kilobytes and 100 Kilobytes/event. As you can tell by the name, most physicists will run on AOD’s; there are other smaller formats, but I will skip them.

In a “normal” year, we expect to collect about 2 billion events. How do we handle all this data? To do this, physicists and computer scientists have been working on the Grid. It is basically a whole lot of computers spread all over the world that are networked with very fast connections; typical data transfer rates are 1-10 Gigabits/sec (in contrast, broadband connections to your home are about a thousand times slower).

You may ask why we need the Grid. Why can’t all the collaborating institutes just buy computers and send them to CERN, and let them set up a gigantic processing center? That is one approach. However, funding agencies don’t like this mode of operation. They would much rather keep the hardware in their respective countries, and build upon existing infrastructure at universities and laboratories, which includes people, hardware, buildings, etc. Another advantage of the Grid approach is the built-in redundancy; if one site goes down, jobs can be steered to others. Also, if a Grid site is appropriately configured, then if ATLAS is not using the computers, other scientists can use them (in an opportunistic manner); although, we keep the system pretty busy. In the US, each LHC experiment has its own grid sites, whereas in Europe, they tend to share them.

(more…)

Share