• John
  • Felde
  • University of Maryland
  • USA

Latest Posts

  • USLHC
  • USLHC
  • USA

Latest Posts

  • James
  • Doherty
  • Open University
  • United Kingdom

Latest Posts

  • Flip
  • Tanedo
  • USLHC
  • USA

Latest Posts

  • CERN
  • Geneva
  • Switzerland

Latest Posts

  • Aidan
  • Randle-Conde
  • Université Libre de Bruxelles
  • Belgium

Latest Posts

  • Laura
  • Gladstone
  • University of Wisconsin, Madison
  • USA

Latest Posts

  • Richard
  • Ruiz
  • Univ. of Pittsburgh
  • U.S.A.

Latest Posts

  • Seth
  • Zenz
  • Imperial College London
  • UK

Latest Posts

  • Michael
  • DuVernois
  • Wisconsin IceCube Particle Astrophysics Center
  • USA

Latest Posts

  • Jim
  • Rohlf
  • USLHC
  • USA

Latest Posts

  • Emily
  • Thompson
  • USLHC
  • Switzerland

Latest Posts

  • Ken
  • Bloom
  • USLHC
  • USA

Latest Posts

Posts Tagged ‘Gyalwang Drukpa’

Voilà la mission que Sa Sainteté Gyalwang Drukpa s’est donné. Il était en visite au CERN hier accompagné de deux Lamas et douze nonnes spécialistes du kung fu. Le Gyalwang Drukpa est un chef spirituel bouddhiste juste en-dessous du Dalai Lama dans la hiérarchie bouddhiste. Sa philosophie se base sur l’entraide, le respect de l’environnement et l’émancipation des femmes.

Pourquoi s’accompagner de douze nonnes et non pas des moines pour cette tournée européenne ? « Les gens adorent les voir donner une performance » m’a-t-il expliqué. « De cette façon, j’espère promouvoir l’égalité entre les sexes dans le monde ».

Il y a quelques années, le Gyalwang Drukpa réalisa que dans son Ladakh natal, une région coincée entre le Tibet, l’Inde et le Pakistan, les nonnes bouddhistes étaient confinées au rôle de servantes des moines, cuisinant et nettoyant pour eux. Il a alors cherché à les émanciper, leur offrant un entrainement au kung fu pour améliorer leur santé et leur équilibre spirituel tout en les dotant d’un moyen d’auto-défense. Il leur a aussi permis de pratiquer toutes les cérémonies rituelles jusqu’alors réservées aux moines.

Pressé d’élaborer davantage sur ce point, Sa Sainteté Gyalwang Drukpa a dit espérer accomplir bien plus que le simple équilibre entre les genres. « Les hommes et les femmes portent chacun une énergie différente » a-t-il expliqué à une poignée de physicien-ne-s légèrement perplexes, tout en pointant dans la direction de la salle de contrôle d’ATLAS. Il a apparenté cette énergie à celle dégagée à cent mètres sous nos pieds au moment même dans le Grand Collisionneur de Hadrons. « L’énergie des hommes et celle des femmes sont toutes deux nécessaires pour l’enrichissement de l’humanité. Ceci est un principe aussi profond et fondamental que la relation entre le soleil et la lune ».

Son intérêt envers le CERN vient de l’importance qu’il accorde à l’éducation et la recherche scientifique pour l’amélioration de la condition humaine. Il a d’ailleurs établi une fondation appelée “Live to Love” pour promouvoir l’éducation, et tout particulièrement celle des filles, l’aide humanitaire et le développement durable.

Sa fondation détient même le record Guinness pour avoir planté 50033 arbres en 33 minutes.

Toutes les nonnes éclataient de santé et d’équilibre, proprement rasées et vêtues de magnifiques toges pourpres. Le Gyalwang Drukpa lui-même souriait et plaisantait abondamment, visiblement réjoui de sa visite. Quand j’ai interrogé quelques nonnes pour connaître le pourquoi de leur présence, l’une d’elle m’a simplement répondu : « Tourisme ».

Les sœurs de mon école avaient une toute autre allure. Heureusement que Sœur Minguy, la directrice, n’était pas adepte des arts martiaux, car j’aurais passé un mauvais quart d’heure…

Pauline Gagnon

Pour être averti-e lors de la parution de nouveaux blogs, suivez-moi sur Twitter: @GagnonPauline ou par e-mail en ajoutant votre nom à cette liste de distribution

Share

This is the mission His Holiness Gyalwang Drukpa set for himself. He paid a colourful visit to CERN yesterday accompanied by two Lamas and twelve kung fu nuns. The Gyalwang Drukpa is a spiritual leader only slightly below the Dalai Lama in the Buddhist hierarchy. His philosophy is based on principles of mutual aid, respect of the environment, education and women empowerment.

“People like to see the nuns perform”, he told me when I asked him why he was touring Europe accompanied by twelve nuns and not monks. “This way”, he said, “I hope to raise awareness about gender equality in the world.”

A few years ago, Gyalwang Drukpa realized the Buddhist nuns in his homeland of Ladakh, a small region nestled between Tibet, India and Pakistan, were often mere servants for the monks, confined to cooking and cleaning for them. He sought to emancipate them and had the nuns trained in kung fu practice to improve their health and spiritual balance while also providing them with a means of self-defence. He even allowed women to perform all the sacred rites once reserved only to monks.

When asked a bit more about it, His Holiness Gyalwang Drukpa explained that he is seeking more than just equality between the genders. “Men and women carry different energy”, he explained to a few puzzled physicists while gesturing with his arm pointing in the direction of the ATLAS control room. He likened this energy with the one released at that very moment a hundred metres under our feet in the Large Hadron Collider. “Both male and female energies are needed to better the world”. He stated how profound and scientific this principle is, as fundamental as the relation between the Sun and the Moon.

His interest in CERN stems from the importance he sees in science and education to improve human condition. He started a foundation called “Live to Love” that fosters education especially for young girls, humanitarian aid and sustainable development. His foundation holds the Guinness record for having planted 50033 trees in 33 minutes.

All of the nuns exuded health and inner balance, cleanly shaved and beautifully clad in long burgundy robes. The Gyalwang Drukpa himself smiled and joked a lot, clearly enjoying his visit. When I asked some of the nuns what their role was in the group, one of them simply answered: “Just sightseeing”.

The nuns in my school sure looked different. Good thing Sister Minguy, the school head, did not perform any type of martial arts or I would have been in deep trouble!

Pauline Gagnon

To be alerted of new postings, follow me on Twitter: @GagnonPauline or sign-up on this mailing list to receive and e-mail notification.

Share