• John
  • Felde
  • University of Maryland
  • USA

Latest Posts

  • USLHC
  • USLHC
  • USA

  • James
  • Doherty
  • Open University
  • United Kingdom

Latest Posts

  • Andrea
  • Signori
  • Nikhef
  • Netherlands

Latest Posts

  • CERN
  • Geneva
  • Switzerland

Latest Posts

  • Aidan
  • Randle-Conde
  • Université Libre de Bruxelles
  • Belgium

Latest Posts

  • TRIUMF
  • Vancouver, BC
  • Canada

Latest Posts

  • Laura
  • Gladstone
  • MIT
  • USA

Latest Posts

  • Steven
  • Goldfarb
  • University of Michigan

Latest Posts

  • Fermilab
  • Batavia, IL
  • USA

Latest Posts

  • Seth
  • Zenz
  • Imperial College London
  • UK

Latest Posts

  • Nhan
  • Tran
  • Fermilab
  • USA

Latest Posts

  • Alex
  • Millar
  • University of Melbourne
  • Australia

Latest Posts

  • Ken
  • Bloom
  • USLHC
  • USA

Latest Posts

CNRS-IN2P3 | Paris | France

View Blog | Read Bio

Immersion totale d’artistes au CENBG : prise de données

par Nathalie Aubin et Sylvie Massiot, artistes de la compagnie Nukku Matti

Les zéolithes, le pic du spectre, disséquer les gonades, les nématodes, anaérobie, enzymatique, l’étuve agitante, interaction, j’ai du temps de faisceau, le pouième, la désintégration double béta des états excités, la soupe de quark, la magicité du noyau, TeV, KeV… Des mots imaginaires ? Non, le vocabulaire bien spécifique des scientifiques : leur « jargon » comme on dit. Parce que ces mots nous amusent, parce que les phénomènes qu’ils décrivent nous fascinent, et parce qu’ils nous inspirent tout simplement, nous venons de plonger dans l’univers de l’infiniment petit pour la création d’un spectacle sur la structure de la matière et les particules élémentaires. Nous terminons tout juste la deuxième phase : la prise de données…

Les comédiennes interprètent une chanson devant un instrument de physique du CENBG. Photo : Service audiovisuel de Bordeaux 1

Pour ce faire, nous nous sommes immergées, durant cinq jours, dans le monde de la recherche fondamentale et de la physique des particules. Notre expérience s’est déroulée plus précisément au Centre d’Etudes Nucléaires de Bordeaux Gradignan (CENBG). Nous y avons passé une semaine exceptionnelle et nous avons découvert un univers extraordinaire… Christine Marquet, chercheuse au CENBG, nous a ouvert les portes d’un monde jusqu’alors invisible à nos yeux. Ici les chercheurs tentent de percer les mystères par la réflexion, la collaboration, l’échange de savoir, l’invention et la construction d’instruments insolites pour le néophyte. L’ensemble des professionnels s’est mis à notre portée sans compter son temps, ni son énergie pour partager ses connaissances et ses questionnements.

Ainsi, chercheurs, ingénieurs, techniciens nous ont parlé de noyaux exotiques, de mécanique, d’électronique, de chimie chaude, d’astrophysique, de biologie, d’informatique, de particules mais aussi de la place de la recherche dans notre société, de l’importance de la collaboration internationale, de la question de la rentabilité incompatible avec le principe même de la recherche fondamentale. Nous avons collecté beaucoup de données qu’il va nous falloir analyser et trier, mais comme le dit Stéphane, un physicien du CENBG : « le résultat n’est pas toujours là où on l’attend ».

Toutefois cette semaine d’immersion confirme notre envie de transmettre au plus grand nombre l’enthousiasme dans lequel nous avons été plongées. Notre souhait le plus cher est de réussir à traduire dans ce spectacle la même passion, la même curiosité, la même envie de partage que les chercheurs nous ont montrée.


Vidéo de la « Prise de données » (réalisation : Service audiovisuel de l’Université Bordeaux 1)

Pour le moment intitulé « Parce que 12 », ce nouveau spectacle sera en tournée cet automne. Le projet est soutenu par : l’IDDAC, le CENBG, le CNRS/IN2P3, l’Université Bordeaux 1, la Communauté de Communes du Vallon de l’Artolie, la ville de Villenave de Rions. Pour suivre l’évolution du projet, rendez-vous sur la rubrique “Création 2012” de notre site web !

Share

Tags: , ,