• John
  • Felde
  • University of Maryland
  • USA

Latest Posts

  • USLHC
  • USLHC
  • USA

  • James
  • Doherty
  • Open University
  • United Kingdom

Latest Posts

  • Andrea
  • Signori
  • Nikhef
  • Netherlands

Latest Posts

  • CERN
  • Geneva
  • Switzerland

Latest Posts

  • Aidan
  • Randle-Conde
  • Université Libre de Bruxelles
  • Belgium

Latest Posts

  • TRIUMF
  • Vancouver, BC
  • Canada

Latest Posts

  • Laura
  • Gladstone
  • MIT
  • USA

Latest Posts

  • Steven
  • Goldfarb
  • University of Michigan

Latest Posts

  • Fermilab
  • Batavia, IL
  • USA

Latest Posts

  • Seth
  • Zenz
  • Imperial College London
  • UK

Latest Posts

  • Nhan
  • Tran
  • Fermilab
  • USA

Latest Posts

  • Alex
  • Millar
  • University of Melbourne
  • Australia

Latest Posts

  • Ken
  • Bloom
  • USLHC
  • USA

Latest Posts

Posts Tagged ‘teleconference’

Impressionnant, excitant et plein de nouvelles perspectives. Cela résume mon impression alors que se termine aujourd’hui la conférence de physique des particules de la Société européenne de physique (EPS) à Vienne.

Nous avons été exposés à une quantité impressionnante de nouvelles données. Non seulement les expériences du Grand collisionneur de hadrons (LHC) du CERN ont finalisé la plupart de leurs analyses sur l’ensemble des données recueillies avant l’arrêt début 2013, mais elles ont aussi déjà commencé à analyser les nouvelles données. Ceci confirme que tout, des détecteurs aux logiciels de reconstruction, fonctionne parfaitement après le vaste programme d’améliorations et de réparations.

conference-dinner

Souper de clôture de la conférence au magnifique palais Schönbrunn à Vienne (Photo: Gertrud Konrad)

Tous les outils nécessaires aux analyses de physique – simulations, systèmes d’acquisition de données, trigger, calibrations et algorithmes d’analyse – produisent déjà des résultats de haute qualité avec les données des collisions à une énergie de 13 TeV. Les expériences sont clairement en mesure de reprendre les analyses là où elles les avaient laissées avec les données collectées à 8 TeV. Bien sûr, il n’y a encore aucuns signes de nouveaux phénomènes mais les expériences LHCb, CMS et ATLAS ont toutes de petites anomalies qui devraient être élucidées avec les nouvelles données du LHC.

Durant cette conférence, on a pu apprécié aussi la variété des expériences en place et les nouveaux résultats qui commencent déjà à arriver sur la matière sombre et l’énergie sombre. De nouvelles avenues sont aussi explorées pour élargir les recherches dans l’espoir de découvrir les 95 % du contenu de l’Univers qui manquent toujours à l’appel. Les expériences ont fait des pas de géants et on s’attend à des percées majeures d’ici à peine quelques années. On peut aussi espérer des développements dans le secteur des neutrinos, un domaine de recherche prolifique mais aussi un des plus déconcertants et embrouillants depuis de nombreuses années.

Comme l’a souligné Pierre Binetruy, un théoricien travaillant en cosmologie : « Les découvertes simultanées du boson de Higgs et la confirmation de quelques unes des caractéristiques de l’inflation (la période marquée par une expansion fulgurante juste après le Big Bang) a ouvert une nouvelle ère dans la compréhension commune de la cosmologie et de la physique des particules ». Nous sommes clairement à la veille de percées majeures et de nouvelles découvertes dans plusieurs domaines. La prochaine conférence sera sans aucun doute un événement à ne pas manquer.

Pauline Gagnon

Pour recevoir un avis lors de la parution de nouveaux blogs, suivez-moi sur Twitter: @GagnonPauline ou par e-mail en ajoutant votre nom à cette liste de distribution ou consultez mon site web.

Share

Sorry, can you repeat that?

Monday, August 23rd, 2010

This post is meant to have a positive tone. Really.

The LHC experiments all rely heavily on some form of teleconferencing to get their work done. As experimental collaborators number in the thousands, we can’t get by without conversing with each other. And with collaborators all over the world, we can’t expect people to physically appear at every single meeting. This could work fifteen or twenty years ago, when people typically participated in experiments on the regional or national scale. I know a whole fleet of professors who used to drive a car or take a plane to Fermilab once every two weeks, or even every week, so that they could be in the room for some particular meeting. Now that we are spread over so many miles, it seems too much to ask. But teleconferencing has allowed us to move past that era. It is absolutely not as good as being there in person, but given the monetary costs of moving people around, and the amount of people’s time that can be wasted in transit, not to mention the wear and tear on all of us when we are away from home, it makes sense to take advantage of teleconferencing technology.

The good news in all this is that we have reached a point in teleconferencing technology where anyone who has a computer with a microphone, speaker and network connection can take part, from any office that they might be sitting in, making teleconferences much more convenient than ever before. The bad news, of course, is that we have reached a point in teleconferencing technology where anyone who has a computer with a microphone, speaker and network connection can take part, from any office that they might be sitting in. Not all microphones are of such high quality. Some microphones tend to be rather close to computer speakers. Some connections are unreliable and have limited bandwidth.

So today I found myself on yet another conference in which we had to remind people to mute because we were hearing other speakers echo through their sound pickup, and had to work our way through some parties becoming inaudible or distorted at times, and had to listen to the occasional background conversation, and had to ask people to repeat themselves, a little louder please. It is, honestly a bit of a drag. I’ll admit that I pine for the days when you really just could sit around the table with a couple of co-workers and point at the plots in your notebook and be done with it.

But this post has a positive tone, really. I just try to keep in mind that yes, we are able to work with people who are scattered all around the globe, and actually get things done, thanks to this technology, even though it gives me fits.

Share